RSS

Le 10 avril, voter Mélenchon, c’est décisif !

La campagne de la Présidentielle entre dans sa toute dernière ligne droite et trois candidatures se dégagent assez nettement. Macron bénéficie de sa position de Président sortant et de sa position centrale sur l’échiquier politique, d’autant plus à l’heure où la peur de l’inconnu et celle de l’instabilité se renforcent sous l’effet de la guerre en Ukraine. Depuis son déclenchement, les thèmes de la campagne spécifiques à la situation française ont été relégués au second plan. Le programme de Macron, très à droite, empêche Pécresse de rassembler tout l’arc des

Yannick Jadot ou « l’écologie pragmatique »

Yannick Jadot, eurodéputé, se présente sans cesse comme « le seul candidat écolo » de cette campagne des présidentielles. Le réchauffement de la planète, le dérèglement climatique, les grands problèmes environnementaux sont une préoccupation majeure d’une grande partie de la population. Pourtant Yannick Jadot est peu audible dans cette campagne, y compris sur ses thèmes de prédilection. « L’écologie n’est pas l’ennemi de l’économie » C’ est une citation d’une autre campagne, celle des européennes du tête de liste alors Yannick Jadot. Mais cette image d’un candidat, d’un leader politique « Macron compatible » colle à la

Une campagne de conviction et de terrain contre Macron et son monde !

A Sotteville-lès-Rouen (76), commune populaire en banlieue de Rouen comptant près de 30 000 habitants, les militant.es de l’Union Populaire se mobilisent pour porter la campagne de Jean-Luc Mélenchon. Plus de 2000 portes ont été toquées dans les quartiers populaires. Même dans ces quartiers il y a des graduations qui vont du désintérêt à la colère sous toutes ses formes. Quelques témoignages : Une dame auxiliaire de vie à domicile élève seule ses 2 enfants. L’aîné est chômeur, le deuxième handicapé. Un flot ininterrompu de paroles sur sa situation, la haine

Fabien Roussel : camarade ? Pas camarade ?

Pour contrer l’argument effectivement très discutable du « vote utile », les partisans des « petits candidats » le soulignent, souvent à bon escient : ce qui est vraiment utile, c’est de « voter pour ses idées ». Bien sûr ! Reste à voir si cet argument fonctionne ou pas s’agissant du candidat de la « France des jours heureux » et du Parti communiste français. Avant d’examiner les « idées » portées par Fabien Roussel et censées justifier une candidature communiste indépendante – à la différence des deux campagnes présidentielles précédentes où le PCF avait soutenu Jean-Luc Mélenchon – il convient

Macron, le candidat du recul social et du passéisme libéral

Si en 2017 le candidat Macron avait pu tromper son monde en se présentant comme le candidat d’un monde nouveau, transcendant la gauche et la droite, le président-candidat de 2022 ne peut plus en dire autant. Depuis son intervention dans un long monologue empreint d’autosatisfaction sur son propre bilan, le 17 mars dernier, le président Emmanuel Macron a précisé les grandes orientations de son programme. Sans grande surprise, celui-ci est libéral, anti-social voire réactionnaire par certains aspects. Et une fois de plus, Macron a fait la démonstration de son positionnement

Poutou, Mélenchon et l’utilité d’un vote

Porte-parole de Philippe Poutou, Olivier Besancenot, qui a gardé son sens de la formule, terminait son entretien sur France 2 dans le journal d’Anne-Sophie Lapix en lançant « Mieux vaut Poutou que Poutine ! ». Mieux vaut aussi l’ouvrier licencié en campagne que le Président des riches. Cependant – et Philippe Poutou en a pleinement conscience –, il n’est pas en mesure de signer le prochain bail à l’Elysée. Il reste donc à examiner quelle est la fonction de la campagne de Philippe Poutou et comment elle s’inscrit dans un

La falsification « sociale » du programme de Le Pen

Certes Marine Le Pen et son Rassemblement National sont xénophobes versant raciste accentué. Cela suffirait à en faire un danger public, même si l’outrance d’un Zemmour a tendance à faire oublier l’ADN du mouvement post-fasciste. A tort, puisque si Marine Le Pen a accepté de se caler sur des amis comme le Hongrois Orban l’amenant à tempérer un peu les diatribes anti-européennes tout en exhalant un souverainisme mortifère, elle n’a pas bougé d’un millimètre sur ses sujets de prédilection : l’immigration cause de tous les maux, dont une insécurité présentée comme

L’UP en meeting à Nantes

Près de 250 personnes se sont retrouvées samedi 26 mars au meeting de l’Union Populaire à Nantes malgré un horaire compliqué, la concurrence de la grande braderie, d’un soleil magnifique incitant à se rendre au vert ou à la plage, l’arrivée tardive du matériel de propagande et l’absence d’annonce dans la presse locale. A la tribune, Sabine Lalande , conseillère régionale, Alama Dufour et Margot Medkour membres du Parlement de l’Union Populaire et Clémentine Autain députée se sont chacune félicitées de la composition exclusivement féminine de l’affiche sans pour autant