RSS

Déclaration de la réunion nationale d’Ensemble Insoumise

Le premier tour de l’élection présidentielle a créé une situation inédite. Le score de Jean-Luc Mélenchon et la décision prise ensuite de construire un rassemblement de la gauche pour les législatives ont bouleversé une situation politique jusque-là marquée par la faiblesse d’une gauche fragmentée dont une partie n’avait toujours pas rompu avec le social-libéralisme. La clarification politique est désormais largement faite, avec fracturation du PS au passage. Nous avons la possibilité historique de refonder durablement un espace politique large avec comme centre de gravité l’Union Populaire et donc une gauche

Tout faire pour la victoire du bloc populaire uni

La déception d’avoir raté de si peu la qualification au second tour de la présidentielle n’a pas eu le temps de s’installer. Les membres de l’Union populaire ont mesuré ce que signifiaient les 22% accordés au candidat Jean-Luc Mélenchon sur la base d’un programme de rupture avec les orientations néo-libérales, de volonté de prendre à bras le corps la crise écologique, de rejet du racisme, de lutte contre les inégalités femmes/hommes et les violences sexistes et la proposition d’une 6e République. Conformément aux souhaits constants d’Ensemble insoumise, le porte-parole et le Parlement

Marine Le Pen doit être battue !

Pendant tout son mandat, E. Macron a mené une politique de casse sociale, de démantèlement du service public, de répression des mobilisations, de dérives liberticides (loi sur le « séparatisme », loi « asile et immigration »…) au service des plus riches. A coup de polémiques nauséabondes (sur le pseudo « islamo-gauchisme » par exemple), E. Macron et ses ministres ont également banalisé les discours de l’extrême-droite et attaqué toutes celles et tous ceux qui se sont dressés contre ces idées. Loin d’être un barrage à l’extrême-droite en général, En

Après le premier tour de la Présidentielle

La campagne de la Présidentielle s’est déroulée dans un contexte bien singulier, masquée en partie par la crise sanitaire et la guerre en Ukraine, handicapée par l’absence de véritable engagement dans la campagne de Macron qui a de fait empêché le débat contradictoire qui aurait pu avoir lieu. Elle n’est entrée dans la réalité des couches de la population les moins intéressées par les enjeux électoraux actuels que fort tardivement. Bien sûr, nous sommes déçus, tristes et inquiets, du résultat de ce 1er tour. Déçus parce que notre campagne méritait

Contre la guerre de Poutine, solidarité avec le peuple ukrainien !

L’Ukraine est aujourd’hui sous les bombes, envahie par l’armée russe, sous les ordres d’un Vladimir Poutine qui réveille les pires souvenirs de l’Europe. Il cherche à exalter le nationalisme russe par une politique de puissance agressive. Il veut restaurer le statut de puissance mondiale et impériale de la Russie. Il veut écraser les gouvernements et les peuples qui lui tiennent tête dans ce qu’il estime être sa zone d’influence. Enfin il veut aussi empêcher que les avancées démocratiques en Ukraine ne fassent tache d’huile en Russie même. Pour parvenir à ses

Après le Collectif National d’Ensemble ! de ce week-end.

L’appel au vote pour Jean-Luc Mélenchon suscite l’adhésion d’une très forte majorité des militant·es de Ensemble. Déclaration de Ensemble Insoumise Pendant une semaine les militant·es du mouvement Ensemble ont été appelé·es à voter à partir de quatre motions sur l’attitude à adopter en vue des prochaines échéances électorales. Trois d’entre elles appelaient à un vote pour le candidat de l’Union Populaire, et à poursuivre l’effort de regroupement des forces antilibérales et antiproductivistes en vue des Législatives. Elles le faisaient à partir de considérants différents (dont l’appréciation à propos de la

Taubira : une candidate social-libérale de plus ?

Sans surprise, Christiane Taubira a réussi son OPA sur la « primaire populaire ». Cette candidature supplémentaire ne résout rien. Elle accroît sans aucun doute les difficultés d’Hidalgo et du PS mais elle ne peut prétendre rassembler toute la gauche parce qu’il n’existe pas de bases politiques suffisantes pour cela se produise lors du premier tour de la Présidentielle. Lors de son discours consécutif à sa désignation, Taubira a beaucoup vanté les vertus de la gauche, exalté son passé glorieux en évoquant le souvenir des Jaurès, Blum ou Olympes de

SARS-CoV-2 : des stratégies en évolution et des réponses à inventer

# 10 – Janvier 2022 : note du groupe de réflexion sur la crise sanitaire Les stratégies pour contrer l’épidémie de SARS-CoV-2 ont évolué depuis le début de cette crise en Janvier 2020, ce qui n’a rien de choquant compte tenu de l’amélioration de nos connaissances et des évolutions du virus lui-même. L’adaptation des stratégies sanitaires a été débattue dans le monde scientifique. Mais l’évolution des mesures sanitaires prises par les gouvernements à travers le monde a rarement été expliquée au grand public. L’un des pires modèles de ce point de

« Face à Omicron, un gouvernement discrédité »

Un gouvernement en échec qui continue à détruire l’hôpital public La nouvelle flambée épidémique liée au variant Omicron du SARS-CoV-2 se développe au plan international. Elle illustre le risque d’apparition de nouveaux variants entretenu par la circulation élevée du virus en particulier dans les pays n’ayant pas accès aux vaccins. Ses conséquences sur la mortalité des populations illustrent aussi concrètement l’impact des inégalités d’accès aux soins et notamment dans le domaine de la vaccination. Elle pose à nouveau avec acuité l’urgence d’obtenir la levée des brevets sur les vaccins. Sa

Feuille de Route Ensemble Insoumis·e

Notre entrée depuis de nombreuses années dans une crise systémique prolongée compte de multiples facettes, économique, sociale, géopolitique et écologique. Cette situation n’est en rien maîtrisée par les classes dominantes. Leur incapacité se traduit entre autres par une crise démocratique avec des périodes de très fortes abstentions aux élections et un fossé grandissant entre les détenteurs·trices d’autorité et une partie importante de la société. L’idéologie néolibérale est en crise, mais toujours hégémonique. Il devient évident que le capitalisme place l’humanité et son environnement en situation de péril croissant. Le développement